Menu Content/Inhalt
Accueil
Honduras: un mort et 83 personnes arrêtées durant les élections illégitimes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
30-11-2009
"Le président du Comité pour la Défense des Droits de l'homme au Honduras (Codeh), Andres Pavon, a signalé qu'avec l'élection illégitime d'un nouveau Gouvernement au Honduras, la lutte de la résistance prendra d'autres espaces, dans lesquels se fera sentir la clameur des honduriens qui n'ont pas participé aux élections de ce dimanche."
 

 
Plusieurs personnes arrêtées arbitrairement et un mort par les tirs de militaires, est le bilan partiel de la répression dont a été l'objet le peuple hondurien durant l'illégitime journée électorale réalisée ce dimanche dans ce pays d'Amérique centrale, laquelle a été marquée de plus par de hauts niveaux d'abstention.

Comme l'a signalé Andres Pavon dans une interview accordée à teleSUR, sur les détenus, 22 se trouvent toujours dans des commandos de la Police Nationale hondurienne en attente de procès de la part du Ministère public de facto.

Pavón a marqué que le niveau d'organisation de la résistance a évité que le niveau de violation des droits de l'homme de ce dimanche soir supérieur à celui du 28 juin dernier, date du coup d'État militaire perpétré contre le président constitutionnel hondurien, Manuel Zelaya.

"Ce fut une journée assez serrée, cette fois ci nous étions mieux organisés, mieux préparés pour faire face aux agressions des personnes", a soutenu le défenseur des droits de l'homme.

"Cependant 83 personnes ont été privées de leur liberté de manière arbitraire, desquelles 22 se trouvent toujours dans des dépendances de la police en attente d'un jugement de la part du Ministère Public, qui s'est occupé de poursuivre tous ceux qui avons démontré notre résistance à ce coup d'État", a-t-il ajouté.

De plus, il a détaillé que parmi les personnes arrêtées se trouvent des mineurs de moins de 17ans, dont un enfant de 12 ans qui a été arrêté pour porter une chemise allusive à la quatrième urne, "symbole qui s'est converti en espèce d'acte de subversion au Honduras". Plus de 11 femmes ont aussi été arrêtées arbitrairement, et "plusieurs d'entre elles sont encore en prison".

Il a signalé qu'un manifestant qui protestait contre les élections est mort des suites d'un tir effectué par les militaires qui gardaient les environs du siège d'Etat-Major Conjoint des Forces Armées à Tegucigalpa, capitale hondurienne.

"Il a été déclaré officiellement mort par les médecins, puisque ses possibilités de survie sont inférieures à un pour cent", a indiqué Pavon. 
 
Il a considéré qu'avec le faible niveau de participation populaire dans les élections, nous avons démontré, comme membres du Front de Résistance Nationale contre le Coup d'État et comme organismes de défense des droits de l'homme, qu'ici au Honduras ce fut une farce électorale".
 
"Le secteur le plus dur de l'oligarchie a aussi été battu. Ceux qui avaient un discours pour sataniser leurs adversaires sous une supposée menace du chavisme au Honduras, ont aussi été battus. Tout comme ceux qui ont prétendu sataniser la résistance au Honduras".

Il a mis en relief le travail réalisé par le Front de Résistance dans 70 pour cent du pays qui a démontré qu'au matin seul 17,7 pour cent des électeurs était allé voter, qu'au début de l'après midi lancé ce nombre est monté à 17,88, pour terminer la journée à 21,5 pour cent "d'électeurs qui se sont présentés à cette farce électorale".

Dans ce sens, il a exprimé que "le résultat d'un processus électoral, organisé dans le cadre d'un coup d'État, protégé par ceux qui ont contribué à ce coup à la démocratie et dans cette systématique agression aux droits de l'homme, ne peut pas être reconnu par la communauté internationale".

Il alerté sur la fait que le régime putschiste installé au Honduras va "essayer de légitimer un nouveau gouvernement et essayer de nettoyer le visage du coup d'État".

Il a annoncé qu'avec l'élection illégale d'un nouveau Gouvernement, la lutte de la résistance va prendre d'autres chemins, "où va se sentir la lutte d'un peuple organisé, de plus de 70 pour cent, comme il a été démontré dans cette élection".

Le processus électoral au Honduras, marqué par des dénonciations de répression, disparitions, harcèlement et persécutions, de plus d'un abstentéisme qui dépasse 60 pour cent, montre le candidat de l'opposant Partido Nacional, Porfirio Lobo Sosa, comme le virtuel gagnant de la présidence, conformément aux données préliminaires du Tribunal Suprême Électoral (TSE) de facto.

Selon la presse locale, les 4159 premières urnes scrutées et inscrites par le centre de données du TSE donnent comme résultat 318 960 voix en faveur du candidat Lobo Sosa et 218 358 voix pour le candidat du Parti Libéral, Elvin Ernesto Santos.
 
Telesur, 30 novembre 2009.
 
Traduit par http://amerikenlutte.free.fr
 
 
 
< Précédent   Suivant >

Soutien !

Si vous voulez collaborer au site en proposant des traductions ou soutenir financèrement ce projet 100 % indépendant, merci de nous contacter !