Menu Content/Inhalt
Accueil
Paris, mars et avril : mémoire de la dictature en Argentine Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
12-03-2010
En mars et avril, le collectif Pico y Pala s’associe à deux initiatives autour de la mémoire de la dictature en Argentine (1976 – 1983) et des procès aux militaires :
 

 

afficheblog

 

 
 

·        La pièce de théâtre LOS DEMONIOS, du 5 mars au 25 avril au Vingtième Théâtre (www.losdemonios.net).

 À la mort de sa mère, Samuel revient dans l’hôtel de son enfance. Devenu écrivain, il questionne son passé familial, durant les années de dictature argentine, pour réécrire peu à peu son  roman des origines. Mû par une insatiable quête identitaire, il n’a de cesse de se réinventer pour réinventer l’h(H)istoire.

 => Si vous réservez au 01 43 66 01 13 de la part du Lieu-Dit, pour une place achetée, une place vous est offerte.

 

 

·        Le Ciné Lieu Dit : « Années sombres en Argentine », projections gratuites de 4 films (www.lelieudit.com)

 

 Mercredi 17 mars, 21h : Victor, Alice et Cécile Verstraeten, 2009 (docu)

 En Argentine, entre 1976 et 1983, la dictature militaire fait "disparaître" environ 30 000 personnes. Victor Basterra est l'un des rares survivants du plus grand camp clandestin de détention. Aujourd'hui, il revient sur sa détention, sur son travail de mémoire et sur sa résistance. Séance en présence de Cécile Verstraeten.

 

 Mercredi 24 mars, 21h : Sur (Le Sud), Pino Solanas, 1988 (fiction)

 La prison politique et ses conséquences sur les vies : celle du prisonnier plein d’espoir sur sa sortie, et déçu par la réalité, celle des siens, qui l’attendent mais vivent aussi, toujours en conflit, toujours coupables de vivre quand l’autre est enfermé. Film mélancolique, il se situe au moment du retour à la démocratie en Argentine, et représente la souffrance de ces familles qui vivaient en silence toutes les absences.

 

Mercredi 31 mars, 21h : Escadrons de la mort, l’école française, Marie-Monique Robin, 2003 (docu)

 Dans les années 1970 et 1980, les dictatures militaires d’Amérique latine ont férocement réprimé leurs opposants, utilisant à grande échelle les techniques de la « guerre sale » (rafles, torture, exécutions, escadrons de la mort…). La journaliste Marie-Monique Robin a découvert le rôle majeur joué secrètement par des militaires français dans la formation à ces méthodes.

 

 Vendredi 9 avril, dans le cadre du Festival Pico y Pala :

 19h // Apéro-concert

 20h30 // Spazi (des)aparecidos, Progetto Sur & H.I.J.O.S, 2008.

 Argentine, 1976 : des centres de détention clandestins où, à l’époque du terrorisme d’État, on torturait avant de faire disparaître tous les individus qui se battaient pour une société plus juste. Argentine, 2007 : des espaces vides entretiennent la Mémoire et l’Histoire, et font revivre les valeurs pour lesquelles a lutté, avec détermination, la génération marquée par ses 30 000 disparus.

 Séance suivie d’une rencontre avec l’association H.I.J.O.S. Paris, qui lutte pour la justice des personnes assassinées pendant la dictature argentine.

 Programme complet du festival (5-11 avril) sur http://picoypala.canalblog.com

 
< Précédent   Suivant >

Soutien !

Si vous voulez collaborer au site en proposant des traductions ou soutenir financèrement ce projet 100 % indépendant, merci de nous contacter !