1er mai zapatiste à Marseille et rencontre des luttes
16-04-2009
Collectif Caracol de Marseille
1er mai zapatiste à Marseille et rencontre des luttes
1er, 2, et 3 Mai au théâtre Toursky à Marseille !

Nous vous avions adressé, il y a 2 mois un

« Appel pour un Premier Mai Zapatiste à Marseille »,

dans le cadre des IIIème Rencontres Européennes de soutien à l’Autonomie Zapatiste.

L’esprit de ces rencontres, outre l’indispensable soutien à la rébellion zapatiste actuellement gravement menacée, implique la convergence et le renforcement de « nos luttes à nous » ici à Marseille, en Europe et dans le monde entier dans le respect de leur autonomie (pas de « centralisme démocratique », fonctionnements horizontaux, pas de « sauveur suprême ni cesar ni tribun ».) .

La solidarité ne devant pas se faire « à sens unique » mais dans la réciprocité et l’interactivité de toutes nos luttes, le « Léviathan capitaliste », notre ennemi commun à tous-tes, ne sera définitivement abattu qu’avec le maximum d’unité de nos désirs. Bien qu’ayant tous-tes conscience de la nécessité de nous unir dans ce combat, nous avons parfois du mal à dépasser nos « visions de clochers ». Le respect de nos différences et l’autonomie de nos luttes ne pourront que nous renforcer dans nos objectifs de créer ensemble un monde nouveau.

Cet événement nous donne l’opportunité de le manifester.

Lorsque nous vous adressions cet appel, nous ne savions pas encore s’il serait réalisable à Marseille (le collectif caracol de Marseille et ses « petites » forces ne pouvant assumer seul, l’organisation d’un tel événement).
Nous nous sommes depuis, retrouvés régulièrement tous les dimanches soirs à « Mille-Babords » avec divers individu-es, associations, collectifs, syndicats de combat etc. interessé-es par cette initiative et grâce à cette synergie, nous avons maintenant le plaisir de vous annoncer QUE CES RENCONTRES AURONT BIEN LIEU LES 1er, 2, et 3 Mai au théâtre Toursky à Marseille !

Ces rencontres se dérouleront de la façon suivante :

Dés le jeudi 30 avril : Accueil à « Mille-Babords » et orientation des arrivant-es vers les divers hébergements.

a.. Le vendredi Premier Mai en matinée, participation dans la rue à la manifestation de nos solidarités derrière une banderole de « soutien à l’autonomie zapatiste et à la convergence de toutes les luttes anticapitalistes », puis joyeuse et conviviale restauration à la « sardinade » de La Plaine. Nous proposons, en fin d’aprés-midi, une réunion plénière au Toursky pour que chacun-une d’entre nous se présente ainsi que ses luttes respectives.

b.. Le samedi 2 sera consacré aux discussions en petits ateliers ; les thèmes restent à définir plus précisément ensemble mais seront pour l’essentiel centrés sur les luttes contre _ « les quatre roues du capitalisme : le pillage, l’exploitation, le mépris et la répression », la rencontre, l’autonomie et le renforcement mutuel des luttes.

c.. Nous ne manquons pas à Marseille de cette diversité de luttes qui ont toutes le même ennemi commun et qui ne demandent qu’à se rencontrer et se renforcer : pour le soutien des sans-papiers, contre la répression et la criminalisation des luttes, le fichage de toute la population, pour l’affirmation de toutes les identités sexuelles, pour le droit au logement et l’accès aux soins pour tous-tes, contre le chômage et les licenciements, la vie chère, contre l’incinérateur, le soutien aux luttes des DOM-TOM etc. (la liste complète serait trop longue...).

Après une si studieuse journée, une fiesta en soirée sera la bienvenue : déjà 3 ou 4 groupes de musique, chorales ou autres fanfares sont prêts à nous faire danser et charmer nos oreilles bénévolement.

d.. Le dimanche 3 : ultime plénière pour mettre en commun les fruits de nos discussions de la veille et voir ensemble « Comment continuer ? » avant de nous quitter dans l’après midi.

La bouffe sera assurée par le collectif « la Kuisine » et la communauté agricole de Longo-Maï-La Crau avec un approvisionnement en produits frais et sains par des paysans « bios » solidaires des réseaux AMAP (Nous sommes donc déjà assurés de bien manger !...).

Nous n’avons pas encore complètement résolu le problème de l’hébergement de nos compañer@s d’Europe et d’ailleurs.( Nous attendons entre 100 et 150 personnes)

Nous vous demandons donc de nous informer le plus rapidement possible de toutes les solutions d’hébergement (collectives ou individuelles) que vous pouvez envisager.

Merci d’adresser vos propositions suggestions au mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

Pour apporter vos idées et énergies : nous continuons à nous retrouver tous les dimanches soirs à 18h à Mille-Babords. Ces réunions sont bien entendu ouvertes à tous et toutes et nous espérons fortement votre venue à ces réunions pour colorer, enrichir et préciser la portée de cet événement.

En vous espérant nombreux-ses et motivé-es pour ces rencontres, recevez un « fuerte abrazo » du collectif Caracol de Marseille

 


 

Appel de janvier 2009 à un 1er mai zapatiste

Vous avez tou-tes plus ou moins suivi l’épopée de la rébellion zapatiste au Chiapas : Soulèvement indigène en 1994 pour la santé, l’éducation, le logement et la…dignité !

Terrible répression du gouvernement qui doit vite retirer ses tanks, hélicoptères et soldats devant l’énorme mobilisation de la société civile au Mexique (une manifestation de plus d’un million de personnes sur le zocalo de Mexico pour exiger l’arrête de le guerre !) et se plier à négocier les accords de San Andres en 95 au sujet de l’autonomie indigène, accords qu’il ne respectera jamais !

En 2003 devant la surdité du pouvoir, les indigènes zapatistes du Chiapas décrètent unilatéralement la mise en application des accords de San-Andres et mettent en pratique l’AUTONOMIE INDIGENE

Et depuis, cela marche ! : Cela marche si bien que les indigènes de communautés non zapatistes envoient leurs malades dans les dispensaires zapatistes et leurs enfants dans les écoles zapatistes.

Bien évidement, cela ne laisse pas d’inquiéter le pouvoir : l’état féderal du Mexique et le pouvoir de l’état du Chiapas, d’autant que cette idée d’autonomie fait tâche d’huile dans d’autres états que le Chiapas ! Et que la sa seule réponse de ce pouvoir est d’intensifier la répression de façon de plus en plus inquiétante : En montant les communautés indigènes les unes contre les autres (en octroyant aux communautés non-zapatistes des terres récupérées de haute lutte par les zapatistes, en envoyant ses paramilitaires ou ses soldats prétextant mensongèrement des cultures de marie-juana et ( plus inquiétant) en offrant les terres zapatistes à des multinationales Canadiennes, Etats-uniennes, Européennes ou autres pour forages de pétrole, extraction aurifères, projets de « parcs écologiques » pour bobos touristes et autres activités homicides et « terracides ».

Depuis leur soulèvement en 1994 les communautés zapatistes n’ont jamais été autant en danger et l’odeur de la guerre aussi présente. L’imminence de violentes confrontations avec le pouvoir se confirme chaque jour davantage.

Face à cette menace de plus en plus palpable, les collectifs, groupes, syndicats, individu-es ou comités de soutien à l’autonomie zapatiste en Europe ont commencé à organiser la solidarité à cette belle expérience d’autonomie concrète qui nous interpelle tou-tes.

Une première rencontre européenne de ces forces solidaires se fit à Athénes en avril 2008. Elle permit la constitution d’une caravane européenne (et même internationale) de solidarité qui se rendit à plus de 300 personnes dans les communautés en rébellion du Chiapas en août 2008. Trois membres du collectif « caracol » de Marseille en faisaient partie .

Une seconde rencontre européenne eut lieu en novembre 2008 à Barcelone pour faire le bilan de la première caravane et définir comment continuer la solidarité . Le succés de la caravane fut indéniable au regard des témoignages des communautés indigènes menacées, extrèmement touchées par le fait que plus de 300 personnes venues du monde entier puisse se mobiliser pour les soutenir et lorsque nous demandions « comment continuer cette solidarité ? » la réponse était toujours et partout : « En renforçant vos propres luttes autonomes en Europe » .

C’est cette belle réponse qui a incité les mandaté-es du collectif « caracol » de Marseille à Barcelone a proposer « en lieu et place » pour la troisième rencontre européenne de solidarité à l’autonomie zapatiste la bonne ville de Marseille pour le long week-end du premier Mai 2009 sous réserve de l’approbation du collectif (ce qui fut fait) et sous réserve que cette rencontre se ferait sous le signe d’une rencontre des luttes qui se font sur Marseille et sa région, hors des partis et institutions de tout poil .

Le zapatisme n’est pas une nouvelle religion en « isme » et les membres de « caracol marseille » n’en sont ni les évangélistes ni de quelconques « avant-guardistes ». L’autonomie zapatiste s’invente tous les jours à travers des assemblées villageoises décisionnelles où tous les projets sont décidés et mis en place par des mandaté-es révocables à tout moment si nécessaire.

Ce sont les leçons de cette mise en pratique de l’autonomie qui nous intéressent.

Les communautés indiennes ont plus de facilités que nous, « occidentaux » à mettre en pratique cette haute démocratie du fait de leur pratique millénaire de cette forme de démocratie horizontale. Nous, « occidentaux » avons tout à reconstruire en terme de solidarité et d’autonomie des luttes , tant l’idéologie dominante nous a confiné dans la « démerde individuelle » , le « chacun pour soi », la confiance aveugle en des « partis qui nous défendraient » ou la défense de « chapelles ».

Il est actuellement, un temps nouveau de frémissements positifs dans notre triste monde « occidental » : la belle levée de la jeunesse grecque, la montée en puissance de toute la jeunesse européenne contre le « plan Bologne » sur la privatisation des universités (Espagne, Italie, France), contre les réformes à but purement comptable des lycées, contre l’arrogance et l’impunité de toutes les polices, contre les politiques d’expulsion des sans-papiers, les luttes pour le droit au logement, contre le fichage et le flicage des populations, contre le chômage, contre la criminalisation de toutes les luttes sociales, les faisant passer pour « terrorisme » (affaire des jeunes de Tarnac !) Etc., la liste n’est pas exhaustive de ces luttes où l’humain est tout simplement le centre… L’heure est vraiment au rassemblement et non plus au « nombrilisme de chapelle ».

L’idée de cette rencontre « zapatiste » le premier mai 2009 à Marseille serait donc de dépasser ces (souvent) fausses barrières et de nous retrouver sur nos désirs d’autonomie des luttes, de leur convergence et de solidarité.

Nous lançons donc un appel à tou-tes les associations, comités, collectifs, syndicats, individu-es avec qui nous avons déjà soutenu la lutte zapatiste pour préparer ensembles cette rencontre et en faire une authentique convergence de luttes, de solidarités internationales, de renforcement de nos autonomies, ayant tou-tes à l’esprit que notre irréductible ennemi commun est ce capitalisme décadent qui, parceque blessé, n’en est que plus dangereux !...

Cela veut dire des engagements concrets : Il faut nourrir et héberger entre 100 et 150 personnes, définir et enrichir les discussions sur nos luttes respectives, leurs liens, les solidarités, le tout en respectant une organisation horizontale où tou-tes peuvent s’exprimer sans parti ni leader ni « césar ni tribun ».

Un défi à Marseille ? Il faut voir !...

Concrétement : Nous appelons tou-tes les associations, collectifs, comités, syndicats, individu-es engagées dans toutes les luttes « en bas, à gauche » (où l’humain prime sur le marché), épris-es d’autonomie de leur lutte contre partis et « sauveur suprême » de tout poil à nous retrouver tous les dimanches soir à 18h à Mille-Babords (61 rue Consolat Marseille 13001) pour organiser ensembles cet événement.

Nous devons avoir à l’esprit que l’engagement dans cette aventure signifie des prises en charge concrètes : loger et nourrir entre 100 et 150 (voir plus si affinités…) pendant 3 jours.

Nous avons déjà beaucoup de pistes concrètes qui nous permettent de dire que cette rencontre est possible (en termes d’ hébergement , de bouffe et de fête). Reste à savoir l’intérêt de chacun-es pour ce type d’événement.

Les thèmes de discussions qui seront abordés, porteront évidement sur la solidarité internationale et plus particulièrement celle à apporter aux communautés zapatistes en extrême danger aujourd’hui mais aussi (et avec une égale importance) : comment coordonner toutes les richesses de nos luttes respectives tout en gardant leur autonomie et en étant le plus malfaisant possible contre le Pouvoir ?

Les thémes précis des différents ateliers de discussions seront bien sur définis collectivement.

Dés le jeudi 30 avril 2009 nous assurerons une permanence d’accueil des arrivants à Mille-Babords pour orienter vers les divers hébergements possibles et informer sur la rencontre.

Le vendredi premier mai 2009, nous manifesterons dans la rue. Cortége « autonome » zapatiste ou organiquement et fraternellement présent dans le cortège libertaire ? (Oh oui ! NDR).

Si Marseille ne faillit pas à la tradition, la manif aura lieu le matin à 10h. Devrait s’ensuivre une « sardinade libertaire » à la Plaine.

Après nous être rassasiés, nous pourrions nous retrouver tou-tes ensembles pour nous présenter et parler de nos luttes respectives dans toute l’ Europe .

Le samedi serait consacré aux discussions sur les thémes que nous aurions définis ensembles. Cela pourrait se faire en différentes « tables » de groupes plus réduits.

Fête le soir !

Le dimanche nous ferions une synthèse en assemblée générale de toutes nos reflexions et « Comment continuer ici, là bas et dans le monde entier pour en finir avec ce système mondial de terreur et d’avenir fermé ? ».

Rencontre des luttes, convergences possibles, autonomie, fraternités, solidarités, fêtes, c’est pas un beau programme tout ça ?

Un abrazo zapatisto

Collectif Caracol de Marseille